Mon artisan respecte les gestes barrières : #lesbonsgestes
Retour au haut de page
0 votes ( 0 )

La proposition de verser une nouvelle aide exceptionnelle aux indépendants a été validée par les pouvoirs publics. En avril, une grande partie des travailleurs non-salariés de l'artisanat et du commerce recevront ainsi une nouvelle aide d'un montant pouvant aller jusqu'à 1.250 euros nets d'impôts.

Aide spécifique de 1250 euros, réservée aux artisans et commerçants

Cette nouvelle aide financière, versée par le CPSTI, est de 1250 euros. Cette aide a été annoncée ce vendredi 10 avril par un communiqué de presse signé des trois principales organisations patronales (Medef, CPME, U2P). Elle complémente cette de 1500 euros par mois de confinement proposée par le gouvernement. Ces deux aides sont donc cumulables. Le principe est simple : puiser dans les caisses de retraites complémentaires excédentaires des indépendants, pour leur donner ce mois-ci une prime modulée "en fonction du niveau de cotisations de chacun au régime de retraite complémentaire des indépendants (RCI)". Une limite supérieure a été fixée à 1.250 euros nets d'impôts et de charges sociales. Deux conditions existent : être en activité au 15 mars 2020 et immatriculé avant le 1er janvier 2019.

Versement de cette aide exceptionnelle

Cette aide, pouvant aller jusqu'à 1250 euros, sera versée de manière automatique par les Urssaf et ne nécessitera aucune démarche des travailleurs indépendants concernés. Le montant de cette aide sera par ailleurs exonéré d'impôt sur le revenu ainsi que de cotisations et de contributions sociales. Une aide cumulable avec toutes les autres Cette aide s'ajoute à l'ensemble des mesures prises en faveur des travailleurs indépendants par le Gouvernement depuis le début de la crise :

  • report automatique du paiement de leurs cotisations sociales personnelles pour les mois de mars et avril,
  • aide exceptionnelle du CPSTI,
  • aide du fonds de solidarité, aide de 1500 euros à demander,
  • recours au chômage partiel pour leurs salariés,
  • possibilité de solliciter un prêt bancaire garanti par l'Etat
  • versement d'indemnités journalières en cas d'impossibilité de poursuivre son activité pour cause de garde d'enfant ou en raison d'une situation de vulnérabilité particulière vis-à-vis du Covid.