Retour au haut de page
2 votes ( 4.50 )

Prime Economie d’énergie

Le réchauffement climatique inquiète de plus en plus les experts. C’est pourquoi ils sont de plus en plus nombreux à encourager les gouvernements à accélérer le processus de rénovation énergétique des logements.

L’INSEE commente cependant que plus de 20 % des français disposent d’un logement précaire du point de vue énergétique en 2017. Face à ce constat, certaines dispositions ont été prises pour accélérer le passage à une société plus économe du point de vue énergétique. La prime d’économie d’énergie est une nouvelle disposition du gouvernement français qui permet aux ménages de bénéficier d’une aide pour réaliser leurs travaux de rénovation énergétique.

Elle est cumulable avec le crédit d’impôt pour la transition énergétique et serait accessible à près de la moitié des ménages français.

économie d’énergie

Qu’est-ce que la prime « économie d’énergie » ?

C’est une aide qui serait susceptible d’aider les 45 % de ménages français qui y sont éligibles à adopter un système de chauffage plus économique. Selon les travaux envisagés, elle peut s’élever de 1 à 1300 Euros. Elle a pour but d’aider les ménages à soutenir l’effort d’économie énergétique et de préservation de l’environnement.

Qui est éligible à la prime économie d’énergie ?

L’éligibilité à la prime est déterminée par le nombre de personnes composant le ménage et par les revenus annuels de celui-ci. Les plafonds annuels sont fixés à :

Île-de-France
Hors Île-de-France
1 personne
Île-de-France
24 107 €
Hors Île-de-France
18 342 €
2 personnes
Île-de-France
35 382 €
Hors Île-de-France
26 826 €
3 personnes
Île-de-France
42 495 €
Hors Île-de-France
32 260 €
4 personnes
Île-de-France
49 620 €
Hors Île-de-France
37 690 €
5 personnes
Île-de-France
56 765 €
Hors Île-de-France
43 141 €
par personne supplémentaire dans le ménage
Île-de-France
7 136 €
Hors Île-de-France
5 434 €

En plus des conditions de revenu détaillées ci-dessus, il est important de remplir d’autres conditions :

  • le demandeur doit être propriétaire ou occupant du logement
  • le logement doit avoir été construit il y a plus de 2 ans
  • le logement doit être une résidence principale
  • le demandeur ne doit pas avoir bénéficié d’une autre prime énergie de l’ANAH
  • le professionnel engagé devra être Reconnu Garant de l’Environnement (RGE)
  • le professionnel devra utiliser des matériaux qui respectent les critères d’éligibilités
  • les travaux doivent avoir pour but la rénovation énergétique du logement et être éligibles à la prime économie d’énergie

Si toutes les conditions sont requises, une demande pourra alors être déposée pour bénéficier de la prime économie d’énergie.

Pour pouvoir bénéficier de la prime économie d’énergie, il faut d’abord s’assurer de l’éligibilité des travaux envisagés. Il faudra ensuite contacter un professionnel de l'énergie qui possède un Certificat d’Économie d’Energie (CEE). Ces CEE sont délivrés par l’État qui définit une valeur pour chacun d’eux. Cette valeur correspondra au montant de la prime qui sera attribuée.

La prime sera donc versée par les fournisseurs d’énergies et leurs partenaires. Il est donc obligatoire de choisir un partenaire certifié CEE et d’accepter l’offre qu’il propose avant de signer le devis des travaux proposé par un artisan pour être sûr de bénéficier de la prime.

C’est l’Agence Nationale de l’Amélioration de l’Habitat (ANAH) qui définit les conditions d’obtention de la prime économie d’énergie. L’offre partenaire CEE doit avoir été acceptée pour pouvoir bénéficier de la prime, mais les devis du professionnel RGE ne doivent pas avoir été signés. Si toutes les conditions sont remplies, le partenaire CEE accepte la réalisation des travaux et permettra la signature des devis et le versement de la prime.

Il existe plusieurs types de travaux qui sont concernés par la prime économie d’énergie. C’est la nature de ceux-ci qui définira le montant de la prime versée. Sont éligibles :

  • Les travaux d’isolation des combles ou des toitures pour les bâtiments les plus anciens et qui consomment le plus d’énergie peuvent bénéficier d’une prime économie d’énergie variable selon le coût des travaux (à partir d'1 € de prime).
  • Les travaux d’installation d’un programmateur centralisé de type thermostat pour les radiateurs électriques. Dans ce cas, le montant de la prime sera d’environ 100 €.
  • Les travaux de réduction de la consommation énergétique qui impliquent le remplacement du système de chauffage par une chaudière individuelle au fioul ou au gaz. Pour pouvoir bénéficier de la prime économie d’énergie accordée dans ce cas-là, la chaudière doit être "haute performance". Cela signifie qu’elle doit répondre à des critères d’éligibilité précis. Par exemple, la chaudière haute performance devra avoir une efficacité énergétique de chauffage supérieure ou égale à 90 % si la puissance de la chaudière est de 70 kWatts ou moins.
  • Les travaux de réduction de la consommation énergétique qui impliquent le remplacement de la chaudière par une chaudière individuelle au bois de classe 5. Si la nouvelle chaudière installée possède un rendement minimum qui répond à la norme NF EN 303.5 alors une prime de 1 300 € pourra être accordée.

Si les travaux concernés par la prime énergie peuvent sembler représenter un lourd investissement de départ, notamment dans le cas du remplacement d’une chaudière, il est très facile de réaliser des économies. En effet, l’investissement initial est très vite rentabilisé grâce aux chaudières hautes performances éligibles à la prime économie d’énergie.

Ces chaudières permettent de réduire à la fois le montant des factures mensuelles (plus de 35 % d’économie dès le premier mois d’utilisation) et l’impact de sa consommation énergétique sur l’environnement. Décider de réaliser des travaux pour optimiser les performances énergétiques de son foyer est donc une décision importante pour l’environnement qui permettra de réduire de manière significative ses factures énergétiques.

De plus, cette prime permet également de bénéficier du crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) et de déduire 30 % du montant des travaux de l’impôt sur le revenu. Ceux qui cherchent des financements pour des travaux plus conséquents devront peut-être plutôt se tourner vers l'éco prêt à taux zero en déposant une demande auprès d’une des grandes banques conventionnées par le gouvernement.