0 vote (0)

Optez pour une isolation thermique par l’extérieur pour protéger votre maison et faire des économies d’énergie

1 février 2021

L’une des caractéristiques du parc immobilier résidentiel actuel est la déperdition importante de chaleur à cause d’une mauvaise isolation. Deux tiers des logements ont été construits avant 1974 et ne répondent de ce fait pas aux normes thermiques actuelles, rapporte l’Ademe (l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie). Les priorités gouvernementales sont en effet à la neutralité carbone, stimulées par la loi de transition énergétique votée en 2019, qui inclut une diminution de moitié des émissions de gaz à effet de serre du secteur du bâtiment d’ici 2030, motivant le gouvernement à investir massivement et à proposer des solutions pour renforcer l’efficacité isolatrice des logements. Une des priorités de vos travaux de rénovation énergétique est l’isolation par l’extérieur, dont nous allons détailler le principe et les effets ici.

 

 

Quelle nécessité de procéder à l’isolation par l’extérieure ?

 

Principale cause des déperditions thermiques et des 7,5 millions de logements français qualifiés de passoires énergétiques, la mauvaise isolation est un fléau écologique qui se répercute sur la facture énergétique des ménages. Une bonne isolation est donc un enjeu capital de votre logis, et malgré un investissement parfois conséquent, ces travaux sont nécessaires et sont rapidement rentables. Ils créent un retour sur investissement non négligeable pour vous décider à entreprendre de tels travaux. Le nombre de logements en France qualifiés de passoire thermique est de 4,8 millions, l’équivalent de 17% du parc des résidences principales. 

 

Dès lors la réponse gouvernementale est l’isolation de 400 000 bâtiments par an jusqu'en 2020 pour espérer avoir atteint à cette date une diminution de 20% de consommation énergétique. En effet l’isolation est l’essence même d’une réduction de votre facture énergétique ainsi que d’une baisse d’émission carbone bénéfique pour l’environnement. Sur ce sujet la loi de transition énergétique oblige la France à fournir un effort conséquent : doubler le nombre de logements à rénover par an, passant de 500 000 à un million pour espérer tenir ses engagements, dans l’espoir que, d’ici 2050, 35 millions de logements soient aux normes BBC, c’est-à-dire qu’ils consomment 50kWh par mètre carré et par an. Le secteur du bâtiment représente dans les faits 28% des émissions de dioxyde de carbone nationales, émissions dues à plus de 80% aux fuites thermiques des chauffages et climatisations. Cela nous ramène à la priorité suivante : rénover tous les logis qualifiés de passoire thermique, l’isolation étant la mesure la plus efficace sur le plan environnemental. Une de ces solutions est l’isolation thermique par l’extérieur, performante, simple d’installation et apte à être installée sur les demeures anciennes comme sur les logements neufs. Une des priorités est de s’assurer de la bonne isolation de votre logement : des déperditions de chaleur vous obligent à augmenter votre consommation de chauffage, ce qui alourdit votre facture énergétique et votre impact carbone. Votre impact écologique s’en fera d’autant plus ressentir en hiver. En premier lieu, les murs sont des facteurs de dispersion de chaleur, au même titre que les infiltrations d’air par les interstices, seuils de portes ou cheminées. Les vitrages et surtout la toiture sont responsables d’une forte perte d’énergie. La conséquence sera une facture éminemment plus chère, ainsi qu’un gaspillage énergétique peu écologique. 

 

N’oubliez pas que 70 % de vos dépenses énergétiques sont consacrées au chauffage de votre maison, et qu’une mauvaise isolation pourra provoquer une déperdition jusqu’à 25% de chaleur. Quelques signes vont indiqueront si votre logement est dans un tel cas de figure : des courants d’air venant de l’extérieur mais que vous sentez derrière les fenêtres ou portes, des murs froids ou humides, des pièces spécifiques difficiles à chauffer, une température intérieure qui varie significativement en fonction de la température externe, ou encore une fonte rapide de la neige sur votre toiture en hiver. Pour avoir le cœur net quant aux faiblesses isolatrices de votre logement, faites appel à un Diagnostic de Performance Énergétique (DPE).

 

 

Les avantages et inconvénients d’une isolation par l’extérieur

 

L’isolation par l’extérieur peut être conçue comme une priorité car elle permet une isolation efficace ainsi qu’un ravalement. Elle consiste à isoler la face externe des murs par l’intermédiaire d’un isolant thermique et la pose d’un enduit ou d’un revêtement de finition. Elle s’oppose à l’isolation thermique par l’intérieur, qui a pour externalité négative d’empiéter sur votre espace de vie. L’isolation thermique par l’extérieur peut se suffire à elle-même pour respecter les normes en vigueur, mais peut aussi être envisagée comme un complément d’une isolation interne, pour rendre votre maison impénétrable. Les travaux ainsi réalisés par une isolation extérieure vont éliminer les ponts thermiques, c’est-à-dire les endroits isolants défaillants de votre habitat, là où la chaleur s’échappe plus facilement. L’isolation extérieure a une continuité de l’isolant parfaite, ce qui permet de traiter une grande partie des ponts thermiques et ainsi limiter profondément la condensation. De plus, les murs conservent une parfaite inertie, leur résistance initiale

 

Comme on le disait, elle à cet avantage de ne pas empiéter sur la surface habitable de votre logement contrairement à d’autres types d’isolation, comme celle de la toiture qui peut parfois requérir un isolant, gourmand en mètres carré. Les murs sont ravalés, remis à neuf de haut en bas, et s’en trouvent mieux protégés des aléas climatiques. Tout aussi efficace que l’isolation par l’intérieur, elle présente cependant quelques défauts. Elle est plus chère que la technique d’isolation intérieure, car elle nécessite de changer tous les ponts thermiques, les endroits de discontinuité ou d’absence d’isolation performante. Dès lors vous devrez peut-être prendre en compte un remplacement des linteaux des portes et/ou fenêtres, de la menuiserie des fenêtres, les jonctions entre les murs et le toit et entre les murs et les planchers, ou d’intégrer les descentes de gouttière, entre autres. Et même de la sorte, certains ponts thermiques peuvent subsister au niveau des balcons ou des ouvertures extérieures. Finalement vous ne devez pas oublier que ces travaux impliquent un changement extérieur du bâtiment, ce qui implique que vous devez vous doter d’un permis de construire ou d’une déclaration préalable de travaux. 

 

 

Les différents types d’isolation extérieure

 

Il existe différentes techniques d’isolation par l’extérieur. Vous pouvez tout d’abord opter pour une isolation par un bardage, des panneaux isolants sont installés sur des montants fixés au mur. On peut ajouter une couche croisée d’isolants entre les montants pour combler tous ponts thermiques, et on recouvre le tout d’un film pare-pluie ou d’un revêtement. Elle a cependant le grand défaut d’être extrêmement visible puisque le bois revêt toute la façade et peut détériorer l’esthétisme de la maison. L’isolation par panneaux enduits, qui consiste à visser ou coller des panneaux au mur de la façade avant d’y ajouter un treillis et un enduit de finition, est quant à elle la solution la plus économique d’isolation par l’extérieur. Vous pouvez par ailleurs appliquer des enduits isolants qui permettent de dénaturer le moins possible la façade de la maison car c’est un isolant moins visible. 

 

Vous ne pourrez cependant pas toujours remplir les critères de validation des aides étatiques pour vos rénovations énergétiques, qui exigent une validation de la norme RT2012. Vous pourrez cependant coupler un enduit isolant avec une bonne isolation intérieure pour une efficacité maximale. L’enduit peut être de nature diverse, minérale ou végétale, projeté ou coffré sur le mur extérieur, et couvert d’un crépi de finition. La peinture isolante est un de ces enduits les plus en vogue ; déviée de son application aérospatiale, elle permet de réfléchir les rayons estivaux du soleil et d’éviter les pertes de chaleur hivernales. L’enduit isolant à base de billes de polystyrène est quant à lui peu écologique. A l’inverse, vous pouvez aussi opter pour le crépi chaux-chanvre, qui est un bon isolant respectueux de l’environnement et qui est un bon isolateur phonique également. Pour des résultats similaires, vous pouvez partir vers un enduit chaux-liège un peu moins écologique. Finalement un des enduits isolants les plus courants reste le torchis traditionnel, mélange de terre et de paille, une alternative économique et performante. Cette solution de l’enduit augmentera sensiblement votre isolation acoustique par la même occasion et ne gênera pas votre confort quotidien, ni votre accès à l’intérieur de la maison lors de son installation. C’est une solution qu’un nombre croissant de particuliers adopte, et de nouveaux enduits, qui allient coûts avantageux, performance et moindre impact écologique, sont toujours en développement, ce qui en fait une solution d’isolation thermique d’avenir. Finalement vous pouvez choisir de seulement combler les ponts thermiques issus de la dalle en béton qui sépare votre balcon du mur, le désolidarisant de votre habitat pour réduire ou supprimer les ponts thermiques de cette zone. 

 

 

Prix et aides étatiques

 

Le prix d’une isolation thermique par l’extérieur relève d’une fourchette large allant de 60 à 100 euros le mètre carré. Il dépendra de la technique d’isolation choisie, de sa qualité et des finitions plus ou moins complexes. L’isolation thermique par l’extérieur dépend aussi de votre façade et de la possibilité d’installer un échafaudage. Si ces travaux vous permettent de respecter la norme RT2012 en termes d’efficacité isolatrice, ils sont éligibles à des aides étatiques, un financement d’une partie de vos travaux. Vous pourrez postuler à l’éco-prêt à taux zéro, dont les intérêts sont pris en charge par l’Etat, qui ne nécessite aucune condition de ressources préalables. Vous pourrez également prétendre à une prime énergie sous forme de chèque. 

 

L’isolation thermique est un sujet essentiel car son amélioration est synonyme d’une baisse des dépenses énergétiques et donc de votre facture énergétique annuelle. En moyenne elle est de 1400 euros par ménage en France, mais de tels travaux comme l’isolation thermique par l’extérieur vous permettront de profiter de réels retours sur investissement et leurs coûts seront amortis rapidement.

Partagez cet article
Vous souhaitez une estimation pour vos travaux

helloArtisan vous accompagne de la simple mise en relation avec un professionnel de qualité jusqu'à la prise en charge de A à Z de vos projets de constructions ou d'extensions.
Obtenez des devis ! Trouvez les meilleurs artisans à côté de chez vous.

Avec helloArtisan
réalisez vos travaux sereinement

Professionnel
4 500 professionnels
du bâtiment sélectionnés partout en France
Chantiers
+ de 50 000 chantiers
réalisés par an
Accompagnement
1 500 demandes de devis
tous les jours
partout en France
20 ans
20 ans d’expérience
dans les travaux avec la référence BATIWEB