Guide travaux : VMC simple flux

Pour avoir une maison saine ou un appartement bien ventilé, il est important d’avoir une VMC, notamment dans les pièces humides comme la cuisine et la salle de bain. Elle va permettre de renouveler l’air et de le rendre plus sain. Qu’est-ce qu’une VMC simple flux ? Comment faire pour l’installer ? Quelles sont les caractéristiques importantes de ce type de VMC ? Eléments de réponse.

 

La VMC simple flux : ses atouts 

 

Définition

La VMC désigne une Ventilation Mécanique Contrôlée. Elle est d’autant plus importante qu’elle permet d’assainir l’air par ce procédé de ventilation. L’humidité est évacuée et l’air est parfaitement sain. 

Dans les maisons anciennes, le problème souvent rencontré est l’humidité. Si l’on n’y remédie pas, ce problème va entrainer des détériorations sur les murs (salpêtre, puis fissures) et des moisissures sur les meubles et les tissus d’ameublement. Non seulement l’humidité créé des problèmes sur l’habitat, mais il faut souligner que la vie dans un logement humide peut entrainer, à la longue des problèmes de santé chronique (allergies, asthme, etc.). 

La VMC va permettre de remédier à tous ces problèmes.

 

Avantages d’une VMC simple flux

Elle va offrir une certaine simplicité de fonctionnement. En outre, elle est économique et performante. 

Elle peut être soit autoréglable soit hygroréglable. Lorsque les pièces humides dégagent un certains taux d’humidité (exemple : une salle de bain après une douche, une cuisine après une cuisson vapeur ou une vaisselle à l’eau chaude) ou encore d’autres pièces de la maison, la VMC a le rôle d’extraire cette humidité pour la rejeter à l’extérieur. Par ailleurs, un système de bouches d’entrée d’air aspire l’air extérieur (air sec) pour le faire entrer dans le logement et remplacer l’air humide enlevé par de l’air sain.

 

Fonctionnement de la VMC 

L’installation d’une VMC peut s’avérer un peu complexe car il faut installer un groupe d’extraction d’une part et des bouches d’extraction dans chacune de vos pièces humides d’autre part. En outre, vous devrez tirer des gaines ainsi que des câbles électriques pour faire fonctionner l’ensemble du système.

Si vous avez vraiment d’excellentes connaissances en bricolage et en électricité, vous pourrez faire le montage vous-même, mais, dans le cas contraire, nous vous conseillons de faire appel à un professionnel pour faire une installation dans les règles de l’art. 

Obtenir un devis de professionnel

 

La première étape sera donc de faire établir des devis auprès de professionnels en fonction de : 

  • La surface de votre logement (important pour tirer les câbles notamment)
  • Le nombre de pièces humides où les bouches d’extraction devront être posées,
  • Le type de VMC ;
  • Le temps de travail.

 

Installer sa VMC simple flux : comment procéder ?

 

Première étape : vérification de l’existant et du potentiel du logement

Avant de vous lancer dans l’installation de votre VMC simple flux, il va falloir vérifier certains points important de votre installation actuelle, notamment : 

  • Avez-vous une alimentation électrique en 230 V ? Dispose-t-elle d’un disjoncteur indépendant (2A) ainsi que d’un interrupteur différentiel  ?
  • Le câblage du commutateur de petite et grande vitesse a-t-il été réalisé ?
  • Votre toit est-il pourvu d’une tuile à douille pour le rejet de l’air extrait ? Dans le cas contraire, prévoir d’ôter une (des) tuiles à l’endroit prévu pour l’évacuation, puis de découper l’écran sous la toiture, la volige et l’isolant afin de pouvoir installer la tuile à douille.

 

Deuxième étape : vérification de la VMC et des accessoires pour l’installation

Pour installer une VMC simple flux soi-même, il faut d’abord être très rigoureux et commencer par vérifier si vous avez bien tout le matériel pour faire l’installation : groupe d’extraction et bouches d’extraction, manchettes pour chaque pièce humide, colliers de serrage et ruban adhésif pour la gaine à utiliser. La gaine choisie devra peut-être, être plutôt de la gaine isolée selon l’endroit où elle va devoir passer (exemple : grenier non chauffé). Le fait de choisir de la gaine isolée pour ce type d’endroit permet d’éviter tout problème de condensation à l’intérieur de celle-ci.

 

Troisième étape : on pose les manchettes et les gaines

Il faut tout d’abord installer les manchettes et les gaines puis prévoir une bouche d’extraction dans chacune des pièces comportant de l’humidité ou risquant d’en produire. 

Pour l’installation des bouches d’extraction, vous commencerez par tracer les contours pour les découpes là où vous prévoyez l’insertion des bouches d’extraction. Puis, percez le mur ou le plafond avec une scie cloche ou un perforateur (conseillé pour le béton). Vous allez ensuite tirer les gaines à partir du perçage jusqu’à votre caisson d’extraction. Vous pourrez ensuite acheminer les gaines et les faire passer au travers des perçages. Il ne vous reste qu’à connecter les manchettes de l’intérieur puis à les mettre en place.

 

Quatrième étape : installation du groupe d’extraction

Dès lors que les manchettes et les gaines sont posées, vous pourrez raccorder électriquement votre groupe après avoir coupé le disjoncteur. L’installation suspendue d’un groupe limitera les nuisances sonores et autres vibrations. Dans tous les cas, vous devrez bien suivre la notice du fabricant et vous y reporter le plus souvent possible.

Quand le groupe d’extraction est positionné, vous pouvez raccorder les gaines et raccorder le conduit de rejet.

 

Cinquième étape : on installe les bouches d’extraction

La grande majorité des bouches d’extraction va se monter par emboitement sur les manchettes. Elles se présentent avec une sorte de capot qui vient recouvrir le corps de la bouche d’extraction. Là aussi, il faut se référer à la notice du fabricant afin de bien suivre les instructions qui peuvent dépendre de chaque modèle et de chaque type de bouche d’extraction. Pour certaines d’entres elles, vous aurez besoin d’une pile ou encore d’un câblage électrique.

 

Sixième étape : vérifier le bon fonctionnement de votre VMC simple flux !

Lorsque tout le processus de montage est terminé, vous allez pouvoir rétablir l’alimentation électrique et voir si le groupe d’extraction démarre. Vous pourrez alors faire quelques tests de vérification (commande de vitesse et différences de vitesse facilement audible, démarrage sur détection de présence si votre modèle en dispose, vérification du débit d’air avec l’utilisation d’un dépressiomètre).

 

Quel que soit le modèle de VMC simple flux, les étapes suivent à peu près le même ordre et sont :

  • Vérification de votre VMC et de ses accessoires d’installation ;
  • Pose des manchettes et des gaines ;
  • Installation du groupe d'extraction ;
  • Installation des bouches d'extraction ;
  • Vérification du bon fonctionnement de votre VMC simple flux.

Il faut normalement prévoir 3 à 4 heures de travail et prévoir de travailler à deux, bien que le travail puisse se faire seul. Notez qu’il faut un équipement et des outils adaptés et de bonnes connaissances en électricité (notamment normes électriques en vigueur) pour ne pas prendre de risques. 

Attention de ne pas faire de mauvaise manipulation lors de l’installation de votre VMC et de bien suivre les consignes du fabricant car vous pourriez, dans le cas contraire, ne plus pouvoir bénéficier de la garantie sur le matériel en cas de disfonctionnement lié à une installation défectueuse. 

Si vous n’avez pas suffisamment de connaissances, il est conseillé de faire appel à un professionnel afin de faire l’installation de votre VMC simple flux dans les règles de l’art. 

Avec helloArtisan
réalisez vos travaux sereinement

Professionnel

4 500 professionnels
du bâtiment sélectionnés partout en France

Chantiers

De nombreux chantiers
réalisés tous les ans

Accompagnement

1 500 demandes de devis
tous les jours
partout en France

20 ans

20 ans d’expérience
dans les travaux avec la référence BATIWEB